Le BLOG

67 billets

2 abonnés

Description du blog

Archimed blog

Billet

blog-post-featured-image

Le bibliothécaire, un couteau suisse indispensable qui se réinvente sans cesse

Si les usagers sont assurément impactés par les nouveaux services proposés par la bibliothèque, les professionnels le sont aussi. Leur métier évolue en effet vers des prestations davantage tournées vers le numérique, dont il convient de maîtriser les outils et usages.

Avec le développement du numérique et des nouvelles pratiques qui l’accompagnent, les bibliothécaires, de longue date, n'opèrent plus que la gestion matérielle des collections de leurs établissements, l’aiguillage du public et son information. La médiation et la pédagogie sont plus que jamais au coeur de leur métier, nécessitant de maîtriser pleinement les outils et services qui répondent aux nouvelles attentes des usagers.

De nouveaux outils et services à appréhender


Même s’ils ont su s’adapter à l’apparition des nouvelles technologies, avec notamment l’adaptation de leurs offres, les bibliothécaires doivent sans cesse se préparer aux nouveaux défis que proposent la bibliothèque.
Au-delà des équipements technologiques qui sont mis à disposition dans les établissements, il s’agit également de maîtriser les codes du community management et du content marketing, de connaître le fonctionnement des différents outils dont disposent les usagers (portail web, application, etc.), de modérer les avis en ligne... Autant de compétences qui s’ajoutent, bien sûr, aux connaissances solides sur les contenus et les outils de gestion documentaire dont disposent les bibliothécaires.

Une nécessaire évolution des compétences 

Afin de s’adapter aux évolutions de leur métier, les bibliothécaires doivent acquérir des compétences inédites liées aux nouvelles technologies, à l’accueil, à la formation, au management, ou encore à la communication interne et externe. Ce large éventail de savoir-faire vise à répondre au mieux aux attentes des publics et est acquis, comme pour chaque profession, grâce à plusieurs outils susceptibles de contribuer à la montée en compétences :

◾ La gestion de projet, grâce à laquelle il est possible d’associer les compétences (y compris venant de l’extérieur de l’établissement) pour la réussite d’un projet plus global. Cela garantit ainsi la transmission des connaissances aux équipes en interne ; des fiches de poste et référentiels, dont la rédaction s’adapte avant tout aux besoins des bibliothèques. Ces documents, à l’instar du référentiel Bibliofil’, détaillent les trois dimensions en compétence (savoir, savoir faire et savoir-être) ;

◾ L’entretien d’évaluation, qui est réalisé une fois par an. Son contenu porte notamment sur les compétences et la carrière (dont les perspectives d’évolution) de l’agent. Un entretien de formation met également en lumière les besoins en formation du professionnel concerné, qui peut aller plus loin en demandant un bilan de compétences ;

◾ La formation continue, qui peut prendre plusieurs formes (sessions de formation dispensées par des organismes, formation interne, etc.) et est encouragée par la réglementation (Compte personnel de formation).
Elle présente notamment l’avantage d’attester de l’acquisition de nouvelles compétences, indispensables aux évolutions professionnelles. D’où l’importance de développer un Learning management system (LMS) au sein des établissements, avec des tutoriels et des formations couvrant l’ensemble des sujets concernés ;

◾ La spécialisation des métiers de la bibliothèque ou la polyvalence de ces derniers, qui est une absolue nécessité.

Acquérir de nouvelles compétences... ou opter pour la simplicité ?

Plus un établissement est de grande taille, plus les services qu’il propose sont nombreux ; de fait, les métiers des bibliothèques doivent être toujours plus polyvalents et jongler entre la médiation, la gestion administrative, l’acquisition de collections et la conservation, etc. Pour faire face aiux évolutions, les bibliothécaires peuvent également s’informer grâce aux outils de veille, en effectuant des stages, en suivant des formations en interne ou en participant à des congrès et journées d’études. Grâce à une plateforme comme Syracuse, qui centralise toutes les fonctionnalités dont ils ont besoin au quotidien, ils ont aussi la possibilité d’organiser un espace dédié à tous les professionnels du réseau pour mettre en place des blogs d’échange, des canaux de veille, des contenus pédagogiques et des tutoriaux. Un module questions/réponses est également disponible pour accompagner la formation des professionnels comme des bénévoles.

En savoir plus sur Syracuse


Le soutien d'une communauté entière à disposition

Mais Syracuse ne s’arrête pas là ! La plateforme dispose d’un aspect communautaire marqué à travers son club utilisateur ADULOA sur lequel les professionnels peuvent s’appuyer pour se former… mais pas que ! Les bibliothécaires peuvent en effet bénéficier des conseils de plus de 2 000 membres clients et échanger avec ces derniers, ou encore accéder à des outils et informations permettant de mieux exploiter la plateforme.
Le club utilisateur est aussi l’occasion d’être informé en permanence de l’avancée des nouveaux services de Syracuse, voire même de suivre et de participer aux groupes de travail chargé d’évaluer les besoins des utilisateurs.

Avec l'aide de ses pairs


Au sein de la Médiathèque départementale de l’Isère, les professionnels ont même mis en place des blogs sur lesquels ils parlent de leurs vécus et partagent leurs expériences entre professionnels.
Ils ont aussi, grâce à Syracuse, ouvert les portes du Labo afin de répondre à un contexte spécifique de réflexions sur les missions des bibliothèques départementales. L’objectif étant d’innover, de proposer d’autres services, d’anticiper les évolutions métier, mais aussi de répondre aux demandes et besoins des bibliothèques rurales iséroises, ainsi qu’à ceux des autres services du Département et des partenaires institutionnels (Universités, Drac…).

Au sein du Labo donc, une équipe design accompagne les bibliothèques dans leurs projets ou problématiques en mode créatif. Au grès de ces ateliers, de nombreuses thématiques ont déjà été abordées comme "Comment créer un réseau de bibliothèques sans réseau informatique ?", "Comment faire pour créer une dynamique et vivre ensemble dans ce nouveau lieu ?" Ou encore, définir une nouvelle image du réseau des musées départementaux.

Une mince limite entre réel et virtuel 


L’essor des outils digitaux, à l’instar de Syracuse, bouleverse les missions du bibliothécaire, qui doit trouver un équilibre entre son rôle physique, qu’il tient au sein des établissements, et son rôle virtuel, en adéquation avec les nouveaux services qui seront développés dans le futur. Le premier aspect englobe ainsi les missions “classiques” attribuées aux bibliothécaires (gestion de l’établissement, des collections, accueil, conseils, etc.), mais également celles qui concernent les nouveaux services publics, la pédagogie ou encore l’accompagnement vers les outils innovants mis à disposition dans les bibliothèques (imprimantes 3D, laboratoires, audio/vidéo, etc.).

Le rôle numérique, quant à lui, porte sur un champ encore plus vaste. Il s’agit à la fois de gérer les collections numériques, mais également de s’adapter aux usages des publics, toujours plus tournés vers le digital. Il n'est donc plus possible de passer à côté des nouvelles technologies ; au contraire, les bibliothécaires s’en servent eux aussi pour mettre en place des stratégies marketing dans le but de capter les non publics.

Vers une librairie numérique complète 

Impossible désormais pour une bibliothèque, une université ou une grande école de faire l’impasse sur une offre de contenus numériques.

Avec BiblioOnDemand, Archimed lance sa propre librairie numérique et propose justement la vente pluridisciplinaire d’ebooks et d’audiobooks avec BiblioOnDemand.com.








Les professionnels peuvent ainsi gérer aisément leurs acquisitions grâce à de puissants outils de veille, rechercher des ouvrages parmi des centaines de milliers de titres, créer et partager des paniers, gérer leur budget et suivre leurs acquisitions en toute simplicité.
BiblioOnDemand.com supporte par ailleurs les DRM Adobe et LCP ainsi que la diffusion en streaming du livre audio. L’offre comprend la mise à disposition des contenus achetés sur le portail de la bibliothèque ou sur un portail numérique créé gratuitement pour l’occasion. Les bibliothécaires peuvent ainsi devenir les acteurs d’une offre très attendue par les usagers.

Vers une relation inédite avec les usagers


Le rôle que tient le bibliothécaire répond par ailleurs au référentiel Marianne, un cadre générique interministériel, qui s’organise autour de 5 engagements principaux : des horaires adaptés, un accueil courtois, des informations claires, des délais garantis et une écoute permanente. Ceux-ci sont évalués plus globalement par un baromètre de la qualité d’accueil dans les services de l’État auquel les évolutions du métier de bibliothécaire répondent pleinement.

La gestion de la relation usagers au coeur de la fonction de bibliothécaire 

Pour aller plus loin dans l’amélioration de la relation avec les usagers, les professionnels peuvent également compter sur le développement de la Gestion de la relation usagers (GRU), une approche novatrice visant à répondre aussi bien aux attentes du publics et aux contraintes opérationnelles des agents, en garantissant la continuité des services notamment grâce à un outil numérique de capitalisation des connaissances.
Cette démarche répond d’ailleurs aux exigences du référentiel Marianne. Pour être en adéquation avec celui-ci, les professionnels peuvent notamment utiliser le module “Gestion de la relation usagers” intégré à Syracuse. Il offre notamment la possibilité de suivre l’offre de services proposés aux usagers, qui peuvent contacter leur bibliothécaire pour demander de l’aide à la recherche ou formuler une suggestion d’achat, par exemple.

En savoir plus sur la GRU intégrée à Syracuse


La bibliothécaire de demain, un pilier de la politique de lecture publique


Si l’accueil des usagers et la médiation seront assurément au coeur du métier de bibliothécaire dans les années à venir, les professionnels auront également un important rôle à jouer auprès des élus.
Les bibliothécaires peuvent en effet être force de proposition pour convaincre le conseil départemental de leur territoire, en charge de mener à bien la politique de lecture publique, et donc décisionnaire sur les questions relatives au financement.

Dans les années à venir, il ne s’agira plus d’investir dans des collections ou des événements à mettre en place, mais bien dans des offres de service dont pourront bénéficier tous les habitants de la zone géographique de l’établissement. La bibliothèque de demain sera alors un projet territorial avant tout, qui pourra profiter des nouvelles compétences des bibliothèques pour émerger.

Pour en savoir plus

> Un livre blanc qui détaille les enjeux du métier :

> Je télécharge le livre blanc

> Des témoignages clients : 

Communauté de Communes Val-de-Charente

Médiathèque de Poitiers

BDP de l'Essonne

Écrit par Paul-Loup Dupuis